Vers la liberté

Lorsque je repense à ma copie d’il ya seulement quelques mois, je ne peux m’empêcher de secouer la tête en pensant à mon état d’esprit à ces moments là. Je pense à combien j’étais perdue, à combien je manquais de confiance en moi et à combien j’avais besoin de validation extérieure pour que mon existence soit, elle aussi, validée

« Je suis, et c’est tout ce qui compte »

Je passais mon temps à me raconter, à m’expliquer, à prouver. Oh que j’avais ce besoin pressant d’être aimée. Je voulais qu’on reconnaisse ma valeur, qu’on me comprenne, qu’on me choisisse, qu’on me protège, qu’on m’accorde le droit d’exister, qu’on m’accorde le droit d’être libre. Tous les mouvements de mon être étaient tournés vers l’extérieur.

Il m’a fallu aller jusqu’au bout de ce que j’avais à vivre pour enfin comprendre qu’on ne peut convaincre une personne de ce dont on est pas convaincu soi-même. J’ai compris que le seul fait d’exister est déjà en soit une affirmation.

« Connais-toi toi-même »

Tout le monde en parle. Cette pensée est inscrite dans toutes les spiritualités, les plus grand penseurs ont fondé leur théorie sur cette pensée; On l’a tellement entendu qu’on en vient à la trouver banale, à l’ignorer tant elle sonne cliché. En réalité, si elle semble si plate, c’est justement parce que c’est aussi simple que ça: Le « Connais-toi toi-même », le début de toute chose, la première étape avant tout élan vers l’extérieur.

Pendant bien trop longtemps j’ai laissé le regard et l’opinion des autres me définir, leur réalité devenait la mienne. Je courrais après des amitiés, des relations qui ne me nourrissaient pas. Mon besoin de validation était tel que rien ne semblait pouvoir le combler. Mon incohérence était déroutante autant pour moi que pour les autres. J’étais une vraie pâte à modeler, une éponge des désirs des autres, une boussole qui se cherchait dans toutes les directions et pourtant, il m’aurait suffit de me recentrer, tout simplement.

« Pour pouvoir donner sans compter, il faut être capable de recevoir de soi-même »

Depuis que je travaille à être au clair avec moi-même, je ressens moins ce besoin de validation extérieur, même venant des personnes qui me tiennent le plus à coeur. J’ai appris le détachement. J’apprends l’amour qui laisse libre de se choisir et libre de laisser partir.

J’ai aussi perdu l’envie de me justifier ou de m’expliquer. Je n’essaye même plus de convaincre de qui je suis, ni de faire changer d’avis une personne qui s’est déjà faite une opinion de moi. J’ai compris qu’à coeur qui a déjà jugé, il ne sert à rien de l’amener vers un mouvement contraire.

« Toutes les vérités ont le droit d’exister »


Aujourd’hui lorsque je me sens attaquée, mon intégrité remise en question, sans même qu’on ne m’offre l’espace pour m’exprimer, je remercie la personne d’avoir partagé sa vérité, et je continue mon chemin. J’accepte désormais qu’autrui me renvoit une image opposée à la perception que j’ai de moi. Après tout, rien n’est faux, tout est vrai, la vérité de l’autre autant que la mienne. Elles ont toutes les deux le droit d’exister. L’expérience qu’autrui a de moi reste une information précieuse que j’accueille.

Je sais qui je suis, et je sais que les personnes qui se donnent la peine de me connaitre, connaissent aussi les véritables intentions de mon coeur. Et parce qu’elles les connaissent, elles ne les questionneront pas et n’attendront pas de moi que je m’explique encore et encore pour combler leurs insécurités et leurs peurs. Au mieux, elles m’approcheront gracieusement pour essayer de mieux comprendre, au pire, elles auront foi que la vie qui se chargera de rétablir la verité et nous permettra de sortir tous grandit de cette expérience.

« C‘est lorsque je fais fasse à mes ombres que je sais que l’autre aura obtenu le meilleur de moi »

Je refuse désormais de laisser autrui changer ma nature véritable. Je sais qu’une personne aura eu raison de moi lorsqu’elle aura réussi a compromettre ma nature et à me faire basculer du coté de l’ombre. Lorsque l’indignation et l’humiliation frappent à la porte et que je passe des jours à m’y remettre c’est là que je sais que je me suis complètement abandonnée. Plus que la personne, plus que la raison de la dispute, plus que la violence, c’est le fait de m’être abandonnėe moi-même qui me fait le plus mal. Mon pouvoir réside dans cet engagement d’honorer qui je suis et de rejeter tout chose qui me ferait rompre avec moi-même.

« Lorsque quelqu’un fait semblant de mourir fait semblant de l’enterrer » Proverbe africain

Aujourd’hui j’essaye de pratiquer l’art d’aimer de loin et de prier pour le bonheur de tous, sincèrement et sans rancune. La vie est aussi simple que ça. À toute porte qui se ferme, j’accueille celles qui s’ouvrent. Je ne veux plus dans mon cercle intime des personnes qui portent atteinte à mon système de sécurité, des personnes qui du jour au lendemain te « ghoste » sans te donner d’explications et des personnes qui veulent me conditionner à un mode de pensée  et à une façon d’être. Je m’affranchis des nuits blanches à me demander pourquoi. Après tout, nous sommes libres, libres d’accueillir, libres d’étreindre, libres de s’en aller et libre de laisser aller.

 » Merci la vie »

Ces derniers mois la vie m’a forgée au métal chaud et au marteau de forgeron, elle s’acharne à tuer toute partie de moi qui veut complaire dans l’ombre et qui veut se résigner à accepter une version médiocre de moi. La vie sait mieux que moi ce que je suis capable d’accomplir. Je la trouve parfois dure, injuste, parfois je la supplie de me laisser souffler.

Devenir alchimiste c’est apprendre à extraire de l’or, à reconnaitre les leçons que même les événements les plus douloureux nous enseignent et le bien que même les personnes qui nous ont fait le plus mal nous ont apporté. Reconnaitre qu’en fin de compte, les notions de bien et de mal sont bien fades. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises personnes, il n’y a que des personnes qui se cherchent et qui doivent cohabiter avec des consciences différentes.

Merci la vie de me mettre à l’école de la sagesse et de l’humilité. il n’y a pas de point d’arrivée. Tout est chemin..


R-D

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :